Killzone 2

Dès la conférence de cette première édition du PlayStation Day terminée, l'auditoire était invité à tâter les prochains jeux en démonstration pour les machines Sony. Il fut pour le moins difficile de se frayer un chemin vers la borne de Killzone 2, le prochain FPS développé par le studio hollandais de Guerrilla. L'étroitesse du stand n'avait d'égal que le nombre réduit de bornes de jeu (seulement 3). Après une bonne demi-heure d'attente, nous avons pu approcher la bête pour vous livrer nos impressions sur cette version pré-alpha.



Killzone 2 


La démo d’une dizaine de minutes nous plonge directement dans l’action. Escorté par une escouade de 5 soldats, on progresse dans une zone urbaine/industrielle infestée d’ennemis, les fameux Helghast. Armé de son fusil mitrailleur, on dézingue à tout va, éliminant les adversaires qui se mettent en travers de notre chemin par groupes de deux ou trois individus. Quelques mètres plus loin, un soldat tombe sous les balles adverses et un autre tente de le réanimer avec un massage cardiaque. Peine perdue, le pauvre gars ne s’en sortira pas. On déboule ensuite sur une grande place où nos ennemis nous bombardent à grands coups de mortier. Heureusement que de nombreux murets sont dans les parages, car sans couverture, c’en serait fini de nos forces. Entre deux salves, on tente une progression ou une riposte. Ca ne sert pas à grand-chose mais ça défoule. A l’approche d’un pont, le feu ennemi se fait plus nourri. Ces salauds ont installé une mitrailleuse lourde et nous canardent sans relâche. Un nouvel objectif nous est alors donné. Il faut faire sauter le pont. A une dizaine de mètres devant nous se trouve un lance-roquettes abandonné au sol. Grosse montée d’adrénaline pendant le rush à découvert et retour à l’abri pour recharger l’engin. Quelques secondes plus tard, le pont n’est plus et les défenses Helghast sont un mauvais souvenir de plus…


 

Aperçu Killzone 2 Playstation 3 - Screenshot 17Je préfère mourir pour une cause juste que vivre pour rien.  La brèche dans les défenses ennemies n’a pas amoindri leur force pour autant. Voilà d’ailleurs que des renforts déboulent par vagues d’une dizaine d’unités. Impossible de les éliminer assez rapidement, même avec l’emploi de la visée zoomée. La grenade est l’option la plus adéquate pour ce genre de situation. Le résultat est propre et sans bavure. En contournant le front, on se rend compte qu’une véritable bataille rangée nous attend. Chaque camp est barricadé derrière des abris de fortune et ne tente que rarement une sortie à découvert. Jusqu’ici, la musique et l’ambiance sonore du titre nous plongent plus profondément dans ce conflit d’un autre temps. Les interactions entre les soldats sont au cœur de ce Killzone 2. Ordres, couvertures et entraide, le dada du studio Guerrilla (on se souvient de leur Shellshock pour ça) met l’accent sur l’humanisation des conflits. Là l’exemple parfait saute aux yeux lorsqu’un objectif est hors d’atteinte. Un soldat vous propose de faire la courte échelle et quelques secondes plus tard c’est à vous de l’aider à grimper pour vous rejoindre. Les objectifs sont indiqués à l’écran par un petit réticule affichant la distance jusqu’à ce nouveau point de contrôle. Les combats et les situations s’enchaînent (progression, tenue d’une zone en attendant des renforts, protection d’un ingénieur), jusqu’à ce que l’on arrive dans une petite guérite de commandes. Ici, face à une roue d’acier on découvre ébahi un nouvel élément de gameplay ! Pour actionner cette vanne en forme de roue, il faut utiliser le Sixaxis comme un volant. Bon début, pourvu que le titre fourmille de petites pépites comme celle-là !



Aperçu Killzone 2 Playstation 3 - Screenshot 18
Il sera bien entendu possible de défourailler sous une pluie de débris.  Graphiquement, Killzone 2 est beau, c’est indéniable, mais une sorte de flou permanent (motion blur ?) nous retiendra de crier au génie. A l’instar du premier opus sur PlayStation 2, recouvert d’un grain vidéo horrible, Killzone 2 prend le parti de proposer une image stylée à défaut de la rendre lisible. A titre d’exemple, sachez que chaque balle tirée produit une certaine quantité de fumée en sortie de canon. Le hic, c’est que si vous faites feu avec un fusil mitrailleur en mode zoom, la fumée vous empêche de voir votre cible, après seulement deux balles tirées. Immersion à l’extrême ou fausse bonne idée, à vous de voir. Quoi qu’il en soit, Killzone 2 est un jeu à ambiance comme on en fait peu, marchant sur les traces d’un Call Of Duty 4, l’une des meilleures ventes de l’année 2007, excusez du peu.


 

Aperçu Killzone 2 Playstation 3 - Screenshot 19Aperçu Killzone 2 Playstation 3 - Screenshot 20Aperçu Killzone 2 Playstation 3 - Screenshot 21Aperçu Killzone 2 Playstation 3 - Screenshot 22Aperçu Killzone 2 Playstation 3 - Screenshot 25Aperçu Killzone 2 Playstation 3 - Screenshot 26Aperçu Killzone 2 Playstation 3 - Screenshot 27Aperçu Killzone 2 Playstation 3 - Screenshot 28



Source : jeuxvideo.com